Portrait de Calamity Jane, fusil en main

USA | 6 choses que vous ne saviez sûrement pas sur Calamity Jane…

publié le 21 octobre 2018

Calamity Jane, une légende du far-west qui a alimenté de nombreuses histoires, romans, films ! A n’en plus savoir démêler le vrai du faux. Alors voici 6 choses que vous ne savez sûrement pas sur Calamity Jane, à commencer par son prénom...

1Calamity Jane a cheval. Elle ne s’appelait pas Calamity

Son vrai nom était Martha Canary…. Celui de Calamity Jane lui allait beaucoup mieux ! Mais pourtant il symbolise la Calamity (calamité) qui fait écho à sa facilité pour “semer le trouble à l’ordre public”. A cette époque, les femmes de basse condition étaient surnommées « Jane ». La légende veut qu’elle gagna ce surnom au court d’un camp scout où elle sauva la vie du général George Crook : « Je vous baptise Calamity Jane, l’héroïne des plaines ».

2. Elle a eu deux enfants

Calamity Jane, orpheline vouait un amour inconditionnel aux enfants, mais n’en a jamais élevé. Pourtant elle va être mère de deux chérubins : un fils mort-né et une fille, Jessie qu’elle confiera à une famille adoptive. Élever des enfants allait à l’encontre de son rythme de vie et de son amour pour la liberté. D’ailleurs elle est devenue le symbole de la première femme libérée des Etats-Unis.

3. Son vice : la boisson !

Garçon manqué, et qualifiée par les sioux de « Chic type », Calamity avait un vice : l’alcool. A la fin de sa vie, elle participe à des shows sur le mythe de l’Ouest Américain. Mais en 1901, elle est internée dans une maison de pauvre car l’alcool la rend ingérable. Elle s’éteindra deux ans plus tard dans un hôtel « Tout ce que je veux, c’est qu’on me laisse tranquille pour aller en enfer à ma façon ».

4. Sans poudre aux yeux

Calamity JaneNous avons tous cette image de Calamity, un chapeau sur la tête et un super 22 long rifle à l’épaule. Pourtant elle ne portait pas que des tenues de cowboy : on peut l’apercevoir sur de nombreux clichés avec une robe, sans colt. Elle s’est imposée grâce à ses actes, le plus marquant reste qu’elle fut la première femme blanche à pénétrer dans les Black Hills : les terres sacrées des sioux. Elle y assura la liaison en tant que courrier entre Black Hills et Deadwood.

 

Portrait de Wild Bill5. Une histoire avec Wild Bill 

A Deadwood, elle rencontra Wild Bill Hickok, reconnu localement comme étant un tireur exceptionnel au pistolet. Ils feront un bout de chemin ensemble dans les Blacks Hills. Il sera assassiné en 1876 d’une balle derrière la tête à Deadwood, lors d’une partie de Poker. Plusieurs rumeurs affirment que Calamity et Wild Bill Hickok auraient eu une aventure et enfant ensemble, mais rien ne le confirme. La tombe de Calamity se trouve pourtant dans le cimetière de Deadwood, juste à côté de cette de Wild Bill.

6. Elle s’est éteinte à Milwaukee…

Elle mourut à 51 ans, l’année même où naquit une autre belle légende à Milwaukee dans le Wisconsin (naissance de la Harley-Davidson Company). Ce sont les « pionniers des Blacks Hills » qui organisèrent ses funérailles. Comme la plupart des héros de l’ouest, elle appartient donc à une histoire relativement récente (1903). Après sa mort, Jean McCormick assure être sa fille avec comme simple mémoire les lettres écrites par Calamity pendant 25 ans. Lettres écrites en fait par Jean… Elle terminera sa vie comme Calamity en signant dans une dernière lettre « J’emporte de nombreux secrets avec moi. Ce que je suis et ce que j’aurai pu être. »

Partager cette article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *