USA | Olive Oatman : l’histoire de la femme au tatouage bleu

publié le 25 octobre 2018

Si vous passez à Oatman, vous verrez souvent, le portrait et le nom d’une femme, Olive, qui a donné son nom à la ville. D’ailleurs son portrait mystérieux dépeint sur quelques bâtiments vous mettra peut-être mal à l’aise. Sous ce regard transperçant, sous cette allure sereine, se cache un portrait de vie…

  • Les parents d’Olive, des mormons en quête de grandeur, font confiance à leur pasteur.
    Ensemble, ils tentent de conquérir le « Nouveau Monde », un territoire appartenant légitimement aux indiens. A bord d’une petite caravane sur un chemin poussiéreux du Colorado, ils suivent aveuglement leur pasteur, James C. Brewster, qui les mènent à leur perte.

 

  • Les Yavapais, un groupe ethnique sauvage et bestial massacre le groupe de pionnier.
    De ce carnage, seules Olive (14 ans) et sa sœur Mary Ann (8 ans) en sortent indemnes. Les indiens décident très rapidement d’en faire leurs esclaves, mais surtout de s’en servir pour se venger de leur mépris contre les blancs. Humiliées durant presque une année, tout espoir semble vain, et pourtant…

 

  • Les Mojaves, tribu indienne, décident d’échanger leurs chevaux et couvertures contre les deux filles.
    Commence alors une vie toute autre, au sein d’une communauté accueillante, les considérant comme des femmes libres. Pour sceller leur union avec cette nouvelle famille, elles reçoivent ce tatouage, symbole de leur appartenance au peuple. Ces quelques années permettent aux deux jeunes filles de faire le deuil de leurs proches.

 

  • Des moments plus compliqués surviennent, la sécheresse et la faim affaiblissent le peuple.
    Olive perd sa sœur, Mary Anne. Enterrée selon sa propre religion, les indiens offrent à Olive un lopin de terre pour y planter un jardin de fleurs, symbole de renaissance.

 

  • Un étrange messager de Fort Yuna exige le retour d’Olive dans sa ville natale.
    Olive a 20 ans, et n’a jamais ne ressentit le besoin de partir, la tribu Mojave, était la sienne. Lorsqu’elle découvre, son petit frère Laurence, qu’elle croyait mort lors de l’attaque des Yavapais, la réclamait, tout changea ! Après de dures négociations avec les Mojaves, Olive rentra donc avec son frère.

 

  • De retour à la civilisation, Olive donne des conférences pour évoquer son expérience.
    Cependant, pour être à nouveau acceptée, elle doit mentir pour satisfaire son auditoire : violences, ignorances et brutalité des indiens. Pour Olive, cela ne représente pas son expérience au sein du peuple Mojave : respectueuse et inoubliable.

 

  • En 1885, elle épouse un riche fermier qui lui fera promettre de tirer un trait sur son passé.
    Son tatouage couvert, désormais, Olive n’est plus libre. Atteinte de dépression et de violents maux de têtes, c’est à jamais qu’elle regrettera son choix de retourner à la civilisation. A 65ans, elle mourra sûrement de nostalgie pour son peuple : les Mojaves.

 

Un tatouage bleu et une robe occidentale : deux contrastes qui reflètent, tragiquement, la vie d’Olive.

Bâtiment à Otman, on y aperçoit un portrait d'Olive Oatman

 

 

Partager cette article

7 commentaires

  • Vincent Loiseau says:

    Dans la série Hell On wheels, un des principaux personnages est une prostituée qui possède le même tatouage. Elle a été enlevée également par une tribu indienne. C’est une super série pour celles et ceux qui comme moi aime cette période de l’histoire américaine. Je suis passé en Harley et avec mon épouse par Oatman en 2015 , je n’avais pas fait attention à cela . ?

    • Routes de légende says:

      Et oui, c’est exact !
      Cela vous permettra de la voir sous un autre angle la prochaine fois que vous passerez à Oatman, en moto ou pas ! 😉

    • BAZIN says:

      Bonjour
      figurez vous que nous aussi on est passés mon épouse et moi en juillet 2015 à Oatman on a pas remarqué cette petite maison avec le portrait d Olive sur la façade. En revanche on a bien vu les deux petits ânes qui déambulaient dans la rue principale.
      Quelques heures plus tard nous sommes repartis sur la moto (Harley Davidson) Electra glide pour entamer notre trip de l ouest americain
      Ce fut une merveille. je conseille à ceux et celles qui peuvent le faire d ‘y aller ça vaut le coup d’oeil et les gens très sympathiques

  • Jean paul Calvez says:

    Je suis passé en 2009 avec west forever dans cette endroit mythique et ses ânes qui ce promène dans la rue .J ai vue ce portrait ,je ne connaissais pas son histoire merci d avoir éclairer ma lentairne cordialement Paulo

  • patrick POUSSET says:

    un côté indéniable du film d’anthologie ” Little Big Man” pou la petite histoie, mon chiot à été baptisé Oatman en souvenir de mes 2 passages en ce lieux magique, l’ouest américain bien sûr et la 66 en 3 semaine, inoubliable merci Fabien !!

  • Pommier says:

    Nous y sommes passés avec Vincent de West Forever en 2010. Il avait eu la bonne idée de jouer l apéro du soir sur cette histoire. Ayant lu le livre offert avec le 1er roadtrip, j’ai gagné ma Bud.
    Super souvenir. Avons refait 2 circuits depuis et toujours avec West Forever.
    Olivier

  • Philippe Miest says:

    Hello.
    Passé deux fois à Oatman déjà. Une fois en Harley et une fois en Ford Mustang.
    Je connaissais l’histoire des ânes et celle de la nuit de noces de Clark Gable et Carole Lombard au Oatman Hotel, mais pas celle d’Olive.
    Merci pour l’info !
    Et vivement on the road again…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *