USA | La Route 66 : un mythe à réaliser ?

publié le 20 mars 2020

Que n’a-t-on pas lu ou entendu sur la Route 66 ? Pour certains, la parcourir est un rêve, le rêve absolu du motard, l’aboutissement d’une vie de voyage à moto ou en voiture. Pour d’autres, ce n’est qu’une route commerciale, parfois ennuyeuse, longeant sur quelques centaines de miles l’autoroute. Et bien on peut affirmer que les uns et les autres ont raison !

Le commencement       

La Route 66 est en fait une histoire d’homme et de femme bien sûr. Celle tout d’abord de Cyrus Avery, un riche industriel de mine de pétrole, qui, pour désenclaver l’Oklahoma, émet l’idée d’une route reliant en ligne direct l’est à l’ouest, Chicago à Santa Monica.

La Mother Road

Mais c’est aussi celle de John Steinbeck qui décrira la fuite de millions de fermiers touchés de plein fouet par le « dust bowl ». Le dust bowl est la sécheresse et tempête de poussière ravageant les champs et maisons. Cet événement climatique extrême poussa plus de 3 millions de fermiers à migrer vers la Californie. C’est dans « les Raisins de la colère » qu’il emprunte un nom qui restera gravé à jamais : la « Mother Road ».

Sur la Route     

Jack Kerouak et tout le mouvement beatnik des années 60 accaparent la route qui devint alors le lieu d’une quête d’authenticité et de découverte d’un ailleurs plus radical. Puis des artistes de tout bord en ont fait le plus grand musée à ciel ouvert, laissant sur ses abords des œuvres parfois mémorables telles que « Cadillac Ranch ».

L’arrivée de la modernité…  

Enfin, Eisenhower, de retour d’Allemagne où il découvre l’efficacité des autoroutes, décide de doter les Etats-Unis d’un réseau moderne. C’est à cette occasion qu’il signe la fin de vie de notre chère Route 66. Ce n’est que grâce à une prise de conscience collective et à l’acharnement d’hommes comme les frères Delgadillo que le classement « Historic Route 66 » lui a été attribué.

La 66 est-elle sauvée ?

Pas si sûr ! Chaque année de nouveaux bâtiments sont abandonnés sur le bord de la route et le World Monument Fund a classé la Route 66 parmi les 100 édifices historiques les plus menacés de la planète.

Alors, j’y vais ou je n’y vais pas ?           

Si le voyage est un moment de rencontre et de découverte. Pour vous, rouler à moto est un moment privilégié pour se déconnecter de son quotidien. La diversité, le changement, le différent est une quête à vos yeux. Découvrir un pays c’est voir le beau et le moins beau, selon vous. Vous assimilez l’histoire des USA à celle de la Route 66. S’arrêter, flâner, chercher, brocanter est dans votre nature. Vous aimez rêver d’ailleurs sur une belle ligne droite et vous prendre pour Freddie Spencer dans l’enchainement de virolos rigolos. Vous êtes un « biker » qui aime prendre son temps et savourer. Alors oui il faut faire la Route 66 une fois dans sa vie. Il faut la faire en entier, à partir de Chicago et il faut la faire tant que c’est encore possible.

Partager cette article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *