USA | L’Ouest Américain en 10 jours

publié le 28 février 2020

Etienne est un adepte des États-Unis, par le passé il a eu l’occasion de découvrir ce pays avec sa femme, en bus. Piqué par le virus, il a décidé avec ses amis d’y retourner régulièrement notamment lors d’événements auto/moto comme le Sema Show à Vegas. Cette année, pour la toute première fois, il a choisi de partir à moto dans L’Ouest Américain.

1. Qu’est-ce qui vous a décidé de partir ?

Cela fait environ 40 ans que j’ai le permis moto et je roule beaucoup plus régulièrement depuis presque 20 ans. Je roule en BMW, mais pour moi les USA c’est en Harley ! Lors des Motordays à Gerardmer nous avons rencontrer Laetitia et découvert l’univers West Forever. Puis, très rapidement, nous avons décidé, avec ma femme, de partir en mai sur le Canyon Country Tour dans l’Ouest Américain.

2. Comment s’est déroulé votre séjour dans l’Ouest Américain ?

Ayant déjà fait ce voyage en bus il y a 10 ans, ma femme était un peu réticente à l’idée de « refaire » le même voyage, nous avions peur d’être déçus. Et pourtant, les lieux sont différents à moto, on est étonnés devant les merveilles de la nature. Bien évidemment en bus, la fatigue se fait sentir plus fréquemment : la voix berçante du guide n’y est pas pour rien 😉. A moto, on se sent tellement libre : on est acteur de son voyage, on s’arrête quand on le souhaite. La redécouverte des grands espaces, des longues lignes droites avec les paysages à perte de vue : on y plonge la tête la première. Les activités ne manquent pas, entre le tour en 4X4 avec les navajos ou le survol du grand canyon, il y a beaucoup à faire. Les hôtels sont toujours bien situés.

3. A qui s’adresse ce voyage ?

Il ne faut pas envisager ce type de circuit si on n’a pas fait de moto depuis 10 ans. Les étapes font en moyenne 300 kilomètres par jour. Une route est un peu plus technique, celle de Moki Dugway, une piste en flanc de montagne mais elle en vaut vraiment la peine. Arrivés en haut, on surplombe la merveilleuse Vallée des Dieux. Les étapes sont cadencées mais franchement supportables. Le départ se fait entre 8h et 8h30, pour avoir le temps de découvrir au maximum. On ne se déplace pas à l’autre bout du monde pour se lever à 10h !  

4. Quels sont vos meilleurs souvenirs pour ce voyage dans l’Ouest Américain ?

Le premier que je garde en mémoire est celui de la prise en main des motos à Las Vegas. J’ai eu mon deuxième choix moto (Road King), mais j’adore ce modèle. Mon premier choix aurait été plus lourd et moins maniable (Electra Glide). Ensuite, la rencontre du mécano Desert Doctor dans la région d’Escalante, reste gravée dans ma mémoire. Ce motard avec qui on a eu l’occasion de boire une bière est d’une rare sympathie. Avec sa barbe blanche et sa moto de baroudeur, il vagabonde dans la région et vient en aide aux personnes grâce à son atelier de réparation de moto. C’est un excellent bricoleur, un peu le MacGyver du désert.

5. Un voyage en groupe, est-ce contraignant ?

Je pense que l’ambiance d’un groupe dépend de l’état d’esprit de chacun. Pour notre part, nous avons été ouverts et conciliants. Le groupe était génial, nous avons prévu de nous revoir. J’ai une petite anecdote à vous raconter. Tout au long du voyage, nous croisions beaucoup de japonaise qui voulaient poser sur nos motos le temps d’une photo. Le soir on faisait un concours de « qui a la plus jolie femme sur sa moto ?! », mais bon, on ne choisit pas toujours les modèles… ! Je me souviens aussi d’un agréable moment durant la journée libre de Moab, où chacun vaquait à ses occupations, le midi, par hasard nous nous sommes tous retrouvés au même endroit. Nous avons déjeuné tous ensemble, au bord du Colorado. C’était un moment magique, suspendu hors du temps.

6. Quelle est la plus-value d’un guide ?

Nous avons été guidé par Isabelle, la seule femme guide chez West Forever. Elle a été très utile et rassurante. Par exemple, un matin nous avons retrouvé une des motos du groupe par terre. Elle a été très efficace et organisée, nous ne savions pas forcément qu’il fallait appeler la police pour faire un constat pour l’assurance. Ces détails font la différence. Avant de partir, elle donne le contexte de la journée. Toujours disponible pour les bons conseils et passe devant pour nous montrer le chemin quand c’est plus compliqué. Le roadbook est simple et bien fait. Le petit plus était l’application mise à disposition le temps du séjour. Cela permet grâce à la messagerie en ligne et de consulter les journées étapes en détail.

7. Quelques conseils pour nos lecteurs ?

Si vous souffrez de la chaleur, évitez de partir dans l’Ouest Américain en juillet/août, préférez les mois de mai ou septembre. Les matins sont frais et l’après-midi le soleil est de la partie, mais on atteint rarement les 30 degrés. En pratique : emmenez votre équipement moto (veste, bottes, pantalon), votre combinaison de pluie. Il faut être vigilant, on est tenté de rouler en manche courte. Il faut penser aux conséquences (coups de soleils, brûlures, déshydratation). Nous avions tout notre équipement moto dans une valise et l’autre était dédiée à nos vêtements et souvenirs. Une chose est sûre…vous en revenez plein les valises…

Partager cette article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *