Abel, guide en moto, le sourire aux lèvres

CUBA | Le portrait d’Abel : amoureux incontesté du Cuba Libre Tour

publié le 26 juillet 2019

Vous avez peut-être déjà eu la chance de croiser Abel durant un voyage West Forever. Ce passionné de western guide nos circuits aux États-Unis, en Amérique du Sud mais aussi à Cuba ! Zoom sur ce tour, haut en couleurs, qu’Abel souhaite vous partager…

1. Abel tu es guide chez West Forever, raconte-nous ton parcours…

Tout est parti du visionnage de ce film avec Bruce Willis, The Kid (en français : “Sale môme”). Ce film où à l’aube de ses 40 ans, un riche consultant en image qui se dévoue corps et âme à son travail, perd le goût d’aimer et de s’amuser. Il croise Rusty, un jeune garçon maladroit et à l’embonpoint précoce, qui le remet en question. En fait, il s’agit de lui-même à l’âge de 8 ans ! Et visiblement, celui-ci n’apprécie pas du tout de voir ce qu’il deviendra dans une trentaine d’années. Le héros semble avoir oublié ses rêves de jeunesse en grandissant…

Et bien un jour, alors que j’étais assis à mon bureau de mon boulot d’avant, j’ai commencé à me poser des questions. Des questions sur le sens que j’avais donné à ma vie et si l’enfant que j’avais été serait fier de mes choix. C’est là que j’ai commencé à me battre pour faire ce dont j’avais toujours rêvé : voyager. Je voulais voir le monde et puis, si possible, dans le milieu de la moto… Bref, tout ce qui représente la liberté.

J’ai trouvé une annonce de West Forever qui recherchait un guide… Le reste était tracé. Le plus vite possible, j’ai vendu mon business, j’ai appris l’anglais et j’ai passé une formation de guide accompagnateur en 6 mois.
A présent je guide depuis presque 10 ans des fabuleux circuits un peu partout : aux États-Unis (Wild Wild West, California Dreamin’, La Route Dixie) en Amérique Latine (Au pays des Gauchos). Mais pour tout avouer, j’ai une affection particulière pour le merveilleux circuit éponyme : Cuba Libre Tour.

2. Depuis combien de temps fais-tu de la moto ?

Je suis passionné de moto depuis toujours, j’en fais depuis plus de 30 ans. Dans cette affection vient en premier la sensation de liberté et ensuite, il y a aussi l’amour de la belle mécanique. Je roule peu chez moi car je vis en montagne et souvent en hiver, quand je ne suis pas en tour. Mais lorsque la météo le permet, je saute sur mon Hornet 600CC pour aller taquiner les virolos Pyrénéens !

Direction Cayo Coco

3. Cuba à moto, tu en penses quoi ?

Tout d’abord, la géographie de l’île est fabuleuse. On y trouve bien sûr les plages de sable blanc à l’infini, des lagunes, des cocotiers et tout ce qui peut faire le charme d’une île tropicale. En plus de cela, l’île abrite 3 chaînes montagneuses et bien sûr, une histoire et une culture sans nulle autre pareilles.

Cuba c’est un climat chaleureux. Certes la météo y joue, mais c’est surtout la chaleur des cubains qui fait vraiment la différence. Le plaisir de rouler à Cuba est incomparable et réside dans le rythme. Un peu comme pour la salsa !

On prend le temps de se laisser surprendre. On va moins vite, on fait bouger ses hanches, on observe une nature souvent exubérante qui vient vous caresser les pneus jusque sur la chaussée… En bref, on profite de chaque instant où l’esprit est occupé à analyser le flot d’informations si différent de celui que l’on a l’habitude de recevoir sur nos routes.

Cuba c’est le pays le plus dépaysant que j’ai eu l’’occasion de visiter. Le fonctionnement de l’île peut vous laisser longtemps perplexe et dubitatif par moments, mais jamais indifférent. Les routes de Cuba vous vont faire un bon de 60 ans dans le passé, elles sont un peu nostalgiques du passé et bourrées de charme. Un peu comme une Harley, non ?!

4. Quelle est, selon toi, la meilleure période pour partir en voyage à Cuba ?

Personnellement, j’ai une préférence pour les mois de novembre décembre où le climat est le plus agréable. Il y a un peu mois de chaleur et d’humidité… Mais on peut tout à fait partir en janvier ou février. Pour le reste, Cuba est toujours très belle et ça tous les mois de l’année !

5. Tu as récemment guidé ce circuit pour un groupe, raconte nous…

Le dernier circuit que j’ai guidé à Cuba était avec un groupe d’amis qui voyage toujours ensemble. L’itinéraire était à quelque chose près celui que nous proposons aujourd’hui au catalogue. En effet, la première du circuit en 2016 était déjà bien complète mais un peu différente.

Les paysages de cuba

6. Une rencontre à nous raconter ?

Sur le dernier circuit, j’ai travaillé en binôme avec Jaime Enrique Parellada Hidalgo, le guide officiel Cubain. Un jeune de 33 ans avec une coupe d’iroquois, qui ne travaille pas la langue de bois, bourré d’humour et de charme, un danseur hors pair ! Mais surtout un professionnel d’une culture et d’une ouverture d’esprit phénoménale. Les clients sur le dernier circuit l’ont adoré et moi je me suis fait un nouvel ami.

Je pense l’avoir sur chacun de nos tours dès que cela est possible ! En plus de notre mécano Yvan Guerra, qui est l’homme à tout faire de l’équipe ! Il conduit le Van Ford V8 avec sa remorque et un autre assistant pilote moto Adolfo… Toute une équipe pour assurer le bien-être et la sécurité de nos bikers sur les routes Cubaines.
Une sorte d’ « Agence tous risques » en fait…!

Ce circuit vous intéresse ? Bonne nouvelle il reste quelques places sur la date du 13 au 28 novembre 2019 !

Partez à Cuba

Partager cette article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *