USA | Un Roadtrip entre amis motards, dans l’Ouest Américain

publié le 25 septembre 2020

Il y a quelques années, Michel a décidé de partir en roadtrip l’Ouest Américain avec 14 compagnons de voyage. Ce voyage a laissé des marques indélébiles dans sa mémoire…

Et nous voilà donc 14 prétendants penchés au-dessus d’une carte, piquant des épingles sur les noms des lieux que nous voulions visiter et essayant de les relier les uns aux autres par des lignes dessinant un gigantesque point d’interrogation. Il faut dire que côté tracé, là, on ne fait pas dans la demi-mesure : 20 étapes à travers 9 états pour près de 7 000 km au total.

Le Wyoming est un état magique. Si on n’y trouve pas de sites grandioses, les images qui défilent à travers nos pare-brise ont quelque chose de fascinant. Ces immensités de plaines à l’herbe jaunie par le soleil seulement ponctuées de quelques vaches, ce ruban gris si rectiligne qu’il se perd à l’infini et ce ciel tel une mer délicatement tachée d’un peu d’écume. Tout laisse penser que l’on s’éloigne définitivement de la civilisation. Seul le ronronnement des moteurs et de rares entrées de ranch nous rappellent la réalité.

Un Roadtrip grandiose…

Notre roadtrip nous amène déjà dans les Black Hills. Des noms illustres nous attirent comme des aimants : Deadwood, Rushmore, Sturgis, Devil Tower, Crazy Horse Mémorial. Avant de rejoindre les ours et les bisons de Yellowstone, nous rendons visite à Buffalo Bill dans sa bonne ville de Cody. Puis nous traversons la Bighorn Forest et passons la Dead Indian pass par des routes incroyables. D’ailleurs nous y rencontrons des bikers en Hoss Boss et en Ridley.

Au fil de l’eau, les couleurs changent, finis le vert et le gris. Ici, la terre est rouge et l’eau du Colorado marron. Le soleil devient brûlant et les paysages rivalisent en beauté mais on ne s’en lasse pas. Quels qualificatifs utiliser pour Arches ou Canyonlands qui nous laissent sans voix, Bryce Canyon, ou encore Monument Valley ? Nous nous attendons à tout instant à croiser John Wayne ou Sitting Bull mais c’est Willie, notre guide Navajo qui nous parlera de l’histoire de son peuple.

Après cela, le Grand Canyon nous paraît presque commun mais la rencontre avec Angel Delgadillo nous rappellera d’autres franges de l’histoire de l’Amérique. Quel privilège de se faire raser par le plus célèbre des barbiers, personnage si drôle et si sympathique. Le contraste est étonnant, quand notre roadtrip nous amène à Las Vegas et plus encore quand nous traversons la Vallée de la Mort et encore plus en entrant dans Los Angeles.

Le retour à la réalité…

Nos yeux ne sont pas assez grands et les 5 000 photos rapportées ne sont que des pense-bêtes pour les émotions ressenties. Devant ces sites exceptionnels l’émotion que l’on ressent est un cocktail composé de beauté incroyable, immensité et parfois étrangeté. Nous sommes toujours des gamins qui jouons aux cow-boys et aux Indiens. Des ados fréquentant des Diners aux tables colorées. Mais, enfin, les images ne sont plus celles de la télé, ce sont les nôtres et nous sommes venus les chercher sur place !

Avec mes compagnons nous avons le même regard sur l’Amérique. En effet, l’amitié qui nous lie s’est renforcée lors de ces trois semaines où nous étions comme dans une bulle lâchée sur une nouvelle planète. Les soirées parfois un peu arrosées, les fous rires sous un orage de grêle à Buffalo et la brûlure du soleil de Bad Water, les pique-niques au bord de la Yellowstone River et le bruit du vent dans Grand Canyon. Tout cela crée un souvenir commun que parfois un mot, un regard suffisent à ranimer. Nous savons que nous avons vécu un moment unique. Même s’il y en aura d’autres, ce voyage-là, nous ne pourrons pas le refaire.

Enfin, il nous reste encore beaucoup de belles routes où faire résonner nos échappements et de belles soirées pour se raconter encore et encore nos plus belles virées de ce roadtrip…

Partager cette article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *